Saint-Etienne: Vert un printemps plus claire


Les jours sombres des verts pourraient bien être derrière. L’arrivée de recrues concrètes semble donner la voie à suivre afin d’oublier ces derniers mois désastreux. Un mercato intelligent et ambitieux, une ligne conductrice, des projets à moyen terme, Saint-Etienne se réveille et passe à l’attaque.


Cette saison 17/18 est marquée par de lourdes difficultés chez les historiques français. Bordeaux,  Lille, Saint-Etienne ont oubliés les ambitions européennes pour se concentrer sur le maintien. Les transferts aux aspects de paris financiers auraient bien pu avoir la peau de ces écuries, en particulier l’ASSE.

 

En juin dernier, le départ de Galtier est acté, l'entraîneur présent depuis déjà sept années chez les verts laisse son équipe aux main d’Oscar Garcia, tout juste sacré champion d’Autriche avec Salzbug. Dans un second temps, Corgnet, très peu utilisé, prend la direction de Strasbourg, Malcuit rejoint le projet Lillois de Bielsa, Nolan Roux s’engage avec Metz où il retrouve peu à peu des sensations de buteur. Dylan Saint-Louis fait aujourd’hui le bonheur du Paris FC en Ligue 2 en étant l’actuel deuxième meilleur buteur du second club de la capitale. En perte de temps de jeu, Lemoine (7 saisons chez les verts) rejoint Lorient et Henri Saivet s’envole à Newcaslte.

 

Afin de combler ces départs, la direction Stéphanoise va dans un premier temps miser gros sur la révélation Dijonnaise, Loïs Diony (35 matchs - 11 buts). Un transfert historique pour le club qui n’avait jusqu’à présent jamais autant dépensé pour un joueur (environ 8M d’euros). Malheureusement le paris tombe à l’eau, en seize participations, l’ex-buteur du DFCO ne trouvera jamais le chemin des filets. Il est finalement prêté à Bristol City, en deuxième division anglaise avec option d’achat.



Afin de combler le départ de ses milieux, c’est en Série A que la cellule de recrutement va enroler Dioussé. Il y dispute un total de quarante-huit matchs en deux ans. Son équipe, Empoli terminait dix-huitième du championnat la saison dernière. Egalement venu d’Italie, Gabriel Silva, le défenseur de l'Udinese n’a pourtant participé qu’à cinq petites rencontres. Le milieu de terrain qui n’avait pourtant prit part qu’à seize matchs en deux ans nous vient de St-Petersbourg, Hernani s’engage avec St-Etienne. Un autre joueur nous vient de Barnsley (deuxième division anglaise), Janko rejoint la Ligue 1 avec treize match au compteur pour son précédent club qui avait terminé la saison sur quatorzième marche du championnat. Finalement, la seule recrue ayant une valeur sûre et connue reste Cabella. Le joueur, qui avait participé à 29 matchs pour trois buts et autant de passes décisives n’entre pas dans les plans de Rudi Garcia, il déménage à Geoffroy Guichard. Les dirigeants ont donc pour ambition d’accrocher le haut du tableau avec une équipe n’ayant jamais joué à un tel niveau. L'intérêt est bien évidemment d’acheter pas cher pour revendre à prix d’or. Une multitude de paris risqués que le club paye lourdement aujourd’hui.

C’est une certitude, ces recrues ne sont pas à la hauteur de Saint-Etienne, le collectif est catastrophique, la défense est une vraie passoire, offensivement, c’est le néant. C’est à se demander pourquoi Ruffier n’a pas encore claqué la porte. Tout est fait pour écoeurer les supporters. En novembre dernier, Oscar Garcia décide de quitter le club. La saison est dors et déjà ratée, il va falloir oublier l’Europe pour se concentrer sur un maintien qui s’annonce très compliqué. A l’approche des fêtes de fin d’année, l’ASSE n’a que deux points d’avance sur le barragiste.

 

A la tête de la direction des panthères noires, on prend bien sûr conscience de l’urgence de la situation. Pour éviter la relégation, une forte réaction s’impose. Ainsi, l’ex-adjoint de Laurent Blanc, Jean-Louis Gasset prend les manettes de l’équipe, au dépend de Julien Sablé. Il est donc le quatrième tacticien en l’espace de huit mois.

Afin de rectifier le tir offensivement, Yann M’Vila (ex Rubin Kazan) s’engage avec les verts. L’homme de vingt-sept ans et aux vingt-deux sélections devrait apporter du mouvement et faciliter les transitions de balles. Il est suivi de Paul-Georges Ntep (prêté par Wolfsburg), le joueur de vingt-cinq ans compte bien prendre sa revanche dans ce championnat où il avait fait le bonheur de Rennes. On pense alors que ces deux recrues vont être associés à Diony, mais non. Avec le retour de prêt de Beric (Anderlecht) le numéro neuf Stéphanois est poussé vers la sortie. Si les armes offensives semblent se mettre en place, c’est du côté de la défense qu’une dernière recrue pose ses valises dans la Loire. Le très expérimenté Neven Subotic (29 ans - 37 sélections avec la Serbie - 2 buts) sera associé à Perrin dans l’axe de la défense. L’ex-patron de Dortmund aux cent-quatre-vingt-seize matchs de Bundesliga pour quinze buts signe à Saint-Etienne après deux saisons creuses faisant suite à une série de blessures. Il affirme aujourd’hui être à 100%.


Depuis la reprise, le 14 janvier dernier. L’AS Saint-Etienne est sur une balance positive de six points remportés sur neuf possibles. Une dernière victoire sur sa pelouse contre Caen (2-1) marqué par un but de Beric et une seconde contre Toulouse (2-0) où Paul-Georges Ntep se sera illustré d’un but à son tour. Finalement, la défaite à Nice (1-0) en deviendrait presque anecdotique. Déjà parce que les verts auraient bien mérités ce point d’un match nul et puis parce que le jeu proposé par le groupe de Gasset semble prendre son envol. Le rythme est plus intense devant, les défenses adverses ont enfin un peu de boulot. A l’image de Bamba ce weekend, l’équipe paraît retrouver confiance et envie. Si l’intégralité du jeu proposé n’est pas encore parfait, ce sont bien les verts qui sont les mieux armés pour s’en sortir. Même si le mercato d’été a été rectifié cet hiver, il ne faut pas pour autant s’en arrêter là.

 

Bien sûr et quoi qu’il arrive, cette saison ne sera pas extraordinaire et ne restera pas dans les anales du club. Cependant, c’est peut-être une nouvelle dynamique qui est en place. L’été prochain, les recrues doivent impérativement être du même rangs que celles arrivées cet hiver. Si Roland Romeyer est toujours à la recherche d’un nouvel actionnaire capable de remettre l’ASSE au niveau des têtes du championnat, il ne fait pas douter qu’un club sur une pente montante attire toujours plus de contributeurs sérieux. Finalement, ce mercato hivernal pourrait bien remettre les verts sur une nouvelle dynamique qui irait bien plus loin que cette deuxième partie de saison.


Écrire commentaire

Commentaires: 0