· 

Kwon: l'étoile montante


Né le 30 juin 1994 à Séoul, ville de 9.86 millions d'habitants, Kwon Chang-Hoon quitte la Corée du Sud en janvier dernier, son pays natal, pour rejoindre le pays du brouillard, Dijon. Loin des projecteurs d'un grand club, loin des projecteurs d'un podium, c'est l'histoire d'un joueur au grand cœur, venu d'ailleurs.

 

Un voyage de 9 384 kilomètres

 

Il y a peu encore, Kwon Chang-Hoon évoluait dans un stade de 43 000 places. Celui des Suwon Samsung Bluewings en Corée du Sud. Son club formateur où il signe son premier contrat professionnel  et prend part à 104 rencontres pour 22 buts marqués. Attaché à son rêve d'enfance, celui de rejoindre l'Europe pour y jouer au football, il décide lors du mercato hivernal, la saison dernière, de rejoindre le club qui le voulait le plus, à savoir dire Dijon.

Si le voyage vous parait long (10 heures et 25 minutes en avion), l'adaptation à son nouvel environnement doit l'être encore plus. Combien de barrières cet homme doit-il franchir? Celui de la langue bien évidement, celui du football bien sûr, la différence de niveau entre le championnat de Corée du Sud et celui de la Ligue 1 est un grand saut. Mais la barrière de la culture est sans aucun doute la plus haute et plus difficile à franchir.

Un mode de vie complètement différent, une gastronomie inconnue (moi qui me passe difficilement  de mon pain au chocolat quand je pars une semaine à l'étranger) et une ville qui doit sûrement lui paraître "village".

Visiblement, Kwon Chang-Hoon réussi brillement à franchir ces barrières. Sans doute bien aidé par son club et son coach Olivier Dall'Oglio. Ainsi, la saison dernière, le joueur ne prend part qu'à 8 rencontres (0 but). Inutile de prendre le risque de bruler les étapes. Mais cette saison 17/18 semble être la bonne. 


Les statistiques qui donnent raison

 

Si l'on fait un rapide calcul (bien que anecdotique pour cette saison), Kwon à disputé 104 matchs avec son ancien club où il a inscrit 22 buts. Ce qui lui fait donc une moyenne de 1 but pour 4,75 matchs disputés. Rappelons que ce joueur évolue au milieu de terrain, ce qui en soit n'est pas incroyable mais loin d'être mauvais. Cette saison, il prend part à 12 rencontres, dont 11 en tant que titulaire. Il inscrit 4 buts et délivre 2 passes décisives. C'est donc une jolie évolution qui correspond à 1 but pour 3 matchs. Actuellement, il est responsable de 20% des buts Dijonnais cette saison. Mais n'accorder d'importance qu'à ses buts serait une grosse erreur, car il est bien plus que ça.

Le supplément ketchup-moutarde goût attaque

Si vous suivez le DFCO depuis plusieurs années, vous vous êtes sûrement dit un jour qu'il manquait un mec capable de faire toute la différence au milieu de terrain, voir la passe ou le centre qu'aucun autre n'aurait été capable d'imaginer. Bien sûr, vous vous souvenez de Benjamin Corgnet (aujourd'hui joueur de Strasbourg) qui avait grandement contribué à la première montée en Ligue 1 de Dijon. Mais avec Kwon, on a clairement l'impression de passer un nouveau cap. 

Car il est effectivement ce joueur très technique, capable de faire la bonne passe au bon moment. Il est ce joueur généreux avec ses coéquipiers (parfois trop peut-être). Un milieu de terrain complet doté d'un supplément ketchup-moutarde goût attaque. Précis devant le but et véritable perforateur des lignes adverses. N'en déplaise à Pascal Dupraz, si ses défenseurs sont des mannequins, ils se sont aussi et surtout confrontés à un grand Kwon ce week-end (3-1). Accordez-vous 30 minutes de votre temps pour regarder un instant le prochain match de Dijon et constatez l'intelligence de ses placements et la vision de son jeu constamment tournée vers le but.

Il est aussi (et surtout) ce genre de joueur que l'on ne peut pas détester. Toujours d'un calme incroyable sur le terrain, souvent souriant et toujours concentré. Bref, du professionnalisme à l'état pur.

Ainsi à 23 ans, Kwon Chang-Hoon écrit une nouvelle page de sa carrière qui (peut-être) sera longue. Soyons honnête, 23 ans dans le football c'est un peu tard pour parler d'un jeune prodige. Cependant, rappelons que Jamie Vardy a signé son premier contrat professionnel à 25 ans. 

Le Sud-Coréens commence donc à faire parler de lui en Ligue 1. Sans les projecteurs d'un grand club ou d'un podium, la presse française et Sud Coréenne s'intéresse à ce milieu de terrain.


Sur les traces de Park Chu-Young

 

Il est encore à ce jour le meilleur Sud-Coréens passé par la Ligue 1. Transféré du FC Séoul à Monaco en 2008, il dispute 103 matchs et inscrit 26 buts sur le Rocher avant de s'envoler pour Arsenal et de s'y enterrer.  

Kwon Chang-Hoon est-il la nouvelle star médiatique de son pays natal? La Ligue 1 et le DFCO aurait beaucoup à y gagner. Le joueur sera en Russie l'été prochain pour y disputer le mondial. 

Il est à ce jour le joueur (avec Suk - ESTAC) de son pays à pouvoir défier un certain Neymar. Bien sûr qu'il y a un intérêt. Vous ne me voyez pas venir? La Corée du Sud est peuplée de 51.25 millions d'habitants et le football est le troisième sport le plus pratiqué et suivit. Pour la Ligue 1, ce pourrait être un nouveau marché audiovisuel. Pour Dijon ce sera surtout un bon coup de pub. N'imaginez pas Samsung devenir sponsor principal du DFCO. Mais tout est bon à prendre pour un jeune club comme Dijon. Car si le joueur parvient à faire parler de lui au mondial, là, le DFCO pourrait être financièrement gagnant dans les années  à venir. N'imaginez pas non plus un seul instant que le Sud-Coréens s'est installé à Dijon pour le reste de sa vie. Le DFCO est un tremplin. L'envolée est parfaite, encore faut-il que l'atterrissage soit bon. 


Objectif confirmation 

 

Il est maintenant temps de redescendre sur terre. Dijon est un petit club de Ligue 1 qui lutte pour le maintien. Kwon Chang-Hoon est encore un joueur peu connu. D'ailleurs sur Twitter, une personne sur deux ignore le nom de ce joueur. 

Alors il faut donc confirmer ce début de saison parfait avant regarder plus loin. A l'image de son équipe, Kwon est agréable à regarder mais il faut encore prouver. Histoire à suivre...

 

Matthieu Mugneret         

 

Envie de parler Ligue 1? Abonnez-vous et rejoingez une communauté de 3000 supporters
Envie de parler Ligue 1? Abonnez-vous et rejoingez une communauté de 3000 supporters
Abonnez-vous ici pour ne rater aucun article
Abonnez-vous ici pour ne rater aucun article
Réactions, questions, retrouvez-moi sur Twitter
Réactions, questions, retrouvez-moi sur Twitter


Écrire commentaire

Commentaires: 0